30 Septembre 2019
19 h 00

Les Lundis du cinéma 2/2: Rétrospective Jean-Pierre Melville

30 Septembre 2019
19 h 00

Présentation du film L’armée des ombres / Armee im Schatten (1969) de Jean-Pierre Melville

Présentation du film, puis discussion autour d'un verre après le film.

Le film: Octobre 1942: Philippe Gerbier est interné dans un camp français, à cause de ses activités dans la résistance. Des agents de la gestapo viennent le chercher pour le transférer au siège parisien de la Gestapo, l'Hôtel Majestic. Il s'en évade et est rejoint par les membres de son réseau à Marseille. Avec deux de ses camarades, Félix et le Masque, il exécute celui qui l'a dénoncé.
Jean-françois, un camarade de régiment de Félix se joint au réseau. Il est chargé de faire passer à Paris, en zone occupée, des postes de radio à Mathilde. A l'occasion d'une de ses livraisons, il en profite pour rendre visite à son frère, Luc Jardie, dont il ignore qu'il est le chef de son réseau de résistance.
Félix est arrêté par la gestapo lyonnaise. Mathilde, grâce à un astucieux stratagème, réussit à s'introduire, avec le Bison et le Masque, dans le QG de la gestapo. Hélas, il est trop tard: Félix est mourant. Jean-françois, qui s'était fait arrêté volontairement pour prévenir Félix, est lui aussi torturé. Quant à Gerbier, arrêté par hasard au cours d'une rafle, est condamné à mort. Mathilde réussira à le sauver. Alors qu'il se fait oublier dans une planque, Jardie lui annonce l'arrestation de Mathilde; elle avait commis la faute de garder sur elle la photo de sa fille, qu'elle adore. Aussi, les Allemands en font un moyen de pression. Prétendant reprendre des contacts, Mathilde est relâchée. Jardie démontre qu'il n'y a qu'une seule solution : la tuer, et va même jusqu'à prouver que c'est elle qui le demande. Dans une rue proche de l'étoile, elle s'effondre sous les balles du Bison. En définitive, ni le bison, ni le Masque, ni Jardie, ni Gerbier ne verront la fin de la guerre...

À propos de Jean-Pierre Melville: Né en 1917, Jean-Pierre Grumbach s'engage à 23 ans dans la Résistance, puis gagne les Forces Françaises Libres. Le réalisateur a gardé de cet engagement son pseudonyme de "Melville" en hommage à son écrivain favori, et c'est sous ce nom qu'il marquera de son emprunte le cinéma français des années 50 à 70.

Melville fait office de chaînon manquant entre le cinéma français d'avant-guerre et la Nouvelle Vague. Son œuvre marque aussi bien les cinéastes de la Nouvelle Vague (Godard le nomme parrain du mouvement et il fait une courte apparition dans A bout de souffle) que des réalisateurs comme Tarantino, Michael Mann, John Woo, Johnnie To ou les frères Coen (qui signent avec  Miller's Crossing le plus beau descendant du cinéma melvillien). Il s'illustre brillamment dans des adaptations de romans (Vercors, Cocteau, Kessel...) mais surtout révolutionne le cinéma policier français en le portant vers une abstraction jusqu'ici jamais atteinte et qui rapproche parfois son cinéma de celui de Michelangelo Antonioni. Melville est aussi perfectionniste dans la fabrication de sa propre image (lunettes noires, Stetson et Rolex) que lorsqu'il s'agit de mettre en scène un film, sa maniaquerie devenant légendaire tout comme son anxiété et son angoisse constante.

Modération: Catherine Brillot (fr.) et Julia Furmanczyk (all.)

Entrée libre, Vos dons sont les bienvenus. À l'Institut.

Vous aimerez aussi

Mercredi 01 jan 2020 - 13:00 - Mardi 31 mar 2020 - 23:00
Mercredi 22 jan 2020 - 19:00 - Mercredi 01 avr 2020 - 19:00
Dimanche 26 jan 2020 - 20:00 - Dimanche 08 mar 2020 - 22:00